La santé mentale dans les situations de crise aiguës et chroniques


Présidence : Pre Daniela Hubl,
médecin-cheffe, Hôpital universitaire
de psychiatrie et psychothérapie, Berne


3 novembre 2022

Abstract Pr Frank Urbaniok

Théories du complot et univers parallèles, une menace pour les sociétés ouvertes : la psychiatrie doit-elle prendre position ? 

Contrairement à ce que laisse entendre la tradition historico-culturelle, la raison humaine n’a pas pour mission d’identifier la réalité de façon appropriée et nuancée. Du point de vue de l’évolution, l’investissement dans le développement progressif de la raison chez Homo sapiens avait pour unique objectif d’améliorer la capacité de survie et de reproduction de l’espèce. Cette situation a des conséquences et explique pourquoi la raison humaine intègre des mécanismes, éprouvés depuis des millions d’années du point de vue de l’évolution, qui conduisent à des perceptions et évaluations sélectives et déformées de la réalité. En effet, sur le plan de l’évolution, un principe s’applique : mieux vaut être dans l’erreur, à condition d’être rapide et clair. 
Cette disposition fondamentale de l’Homo sapiens s’exprime de façon plus ou moins forte selon les individus. Elle a toutefois des conséquences profondes, que l’on peut notamment observer au sein de la société, dans la politique, l’économie et plus généralement dans les sciences.
Elle favorise notamment une perception polarisée du monde (noir ou blanc, ami ou ennemi, etc.), avec une tendance à contredire les faits et la réalité par des convictions d’ordre subjectif. 

Ce mécanisme intervient également en politique, chez les populistes et aux extrêmes, autant que pour les amateurs de théories du complot. On estime qu’environ 30 % de la population est particulièrement réceptive à ce type de convictions déformées et difficiles à corriger. Cette question revêt aujourd’hui une grande importance et s’explique notamment par le fait que le modèle d’une société ouverte se trouve sous pression depuis plusieurs années, partout dans le monde.

En psychiatrie, il est pertinent d’avoir connaissance de ces phénomènes et de s’y intéresser, car les évolutions sociétales influent fortement sur la discipline. La psychiatrie est par ailleurs directement confrontée aux évolutions sociétales par le biais des patients, mais aussi des attentes de la société. Au-delà de ces considérations, la psychiatrie est elle-même particulièrement sensible aux mécanismes décrits ici. Elle favorise une tendance problématique, qui consiste à projeter sur les patients des concepts spéculatifs, voire des théories du complot au sens propre, qui peut conduire à des erreurs de traitement dont les conséquences peuvent parfois être fatales. 

L’exposé émettra ainsi l’hypothèse selon laquelle la psychiatrie sera plus fortement confrontée à ces phénomènes à l’avenir et doit se positionner sur ces questions.